D'après un article du Canard... au FDG, on serait de fervents productivistes … L’espiègle volatile se serait-il laisser aller à la facilité !!

Publié le par Jean-Claude Bernard

A Messieurs les rédacteurs en chef,

Je viens de lire avec une certaine déception, voire un fond d’irritation, les propos de Jean Luc PORQUET dans sa rubrique « Plouf » du dernier numéro de mon hebdomadaire satirique préféré en date du 21 mars 2012. Son papier s’intitule : « les 32 heures, tout de suite ! ». Il y présente le dernier ouvrage de Paul ARIES : « le socialisme gourmand : le bien-vivre, un nouveau projet politique »

Les propos : «  … de Hollande à Sarkozy, en passant par Mélenchon, tous les candidats parlent de retrouver le chemin de la croissance économique, de produire toujours plus de richesses et d’en consommer toujours plus. La croissance fait rêver l’électeur, la décroissance le fait fuir…. »

De deux choses l’une : Où bien JL Porquet s’est laissé aller à la facilité et il n’a pas pris le temps d’écouter les propos de Jean Luc MELENCHON (JLM) en meeting ou de lire le programme « l’humain d’abord », ou il est de mauvaise foi, ce que je n’oserais croire.canard.jpg

En meeting : JLM ne cesse de marteler qu’il faut « relancer l’activité pour répondre aux besoins humains » qu’il s’agisse des besoins physiologiques les plus basiques jusqu’aux besoins sociaux « supérieurs » comme la sécurité, la protection, le dépassement de soi. C’est en ce sens que le projet du FDG affirme que «  … l’émancipation, en créant les conditions pour que chacune et chacun puisse construire sa vie libéré(e) de toute domination et développer ses potentialités » est le but ultime poursuivi.

Le programme lui-même : Je vous invite  (je l’invite) à lire les pages 37 et suivantes du programme qui présentent le projet de planification écologique. Il y est dit que « Face à la tyrannie du productivisme, [le programme propose] la planification écologique comme moyen de redéfinir nos modes de production, de consommation et d’échange en fonction de l’intérêt général de l’humanité et de l’impact de l’activité économique sur l’écosystème ». Dans les 13 pages qui suivent, sont déclinées les propositions concernant les choix énergétiques, la relocalisation de l’économie, la préservation et le partage des ressources naturelles, les actions pour un développement humain, la promotion de toutes formes d’économie solidaire, …

Quant à la position du principal concerné : Paul ARIES. Depuis quelques semaines, il appelle à voter JLM : Soutien bien réel même s’il n’est pas dupe des clivages qui traversent les forces qui composent la gauche radicale. « Je voterai JLM car si la fracture entre une gauche productiviste et anti productiviste traverse chacun des mouvements issus des différentes familles des gauches et de l’écologie antilibérale, les thèses en faveur de la planification écologique, de la relocalisation, de la transition énergétique, du ralentissement, d’un revenu maximal autorisé, de la réduction du temps de travail et même de la remise en cause du culte de la croissance (productivisme et consumérisme) sont présentes dans sa campagne.

Je voterai Jean-Luc Mélenchon car c’est une étape possible vers l’émergence d’une gauche anti-productiviste. Le compte n’est y certes pas encore : ni sur la sortie nécessaire du nucléaire, ni sur l’obtention d’un revenu garanti dont la forme pourrait être la gratuité des services publics, ni sur la nécessaire reconversion des industries nuisibles notamment militaires … car comme le souligne le programme du Front de gauche, ce qui est essentiel à nos yeux fait débat [] Signe aussi que le combat n’est pas encore gagné et qu’il nous reste à convaincre »

Voila : j’espère avoir apporté quelques éléments objectifs qui, de mon point de vue, infirment les propos tenus pat JL Porquet. A mes yeux, cela justifierait un petit « pan sur le bec ».

Fidèle lecteur depuis plus de 30 ans, je continuerai bien entendu à me rendre chez mon marchand de journaux chaque semaine pour avoir le plaisir de vous lire.

Avec ma sympathie

Publié dans humeur militante

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article